Vous réalisez que votre cheminement comme proche aidant est plus laborieux que ce que vous aviez prévu? Vous vous sentez souvent démuni devant vos responsabilités et en manque de sommeil aussi. Ce qui s’annonçait comme un choix conscient et motivé par la compassion initialement, s’avère une responsabilité qui vous place devant de nombreux questionnements. 

Le destin semble avoir joué un tour à la personne chère qui est maintenant le centre de votre vie. Bien sur que la tristesse vous gagne lorsque vous constatez que rien ne sera plus jamais comme avant entre vous. La condition physique, psychologique ou mentale affaiblie de votre proche vous affecte et change la couleur de votre relation. Ce n’est pas simple de vivre ces changements. 

Votre être cher n’est plus apte à prendre des décisions.  Vous l’accompagnez dans son deuil en même temps que vous vivez le vôtre. Lorsqu’il vous regarde dans les yeux, il dépose toute sa confiance en vous. Du moins, c’est ce que vous ressentez.  Vous naviguez maintenant sur le même bateau et c’est vous le capitaine. Vous êtes la personne qui veille sur ses besoins et qui prend action pour lui apporter du réconfort, pour le conduire chez le médecin, pour replacer ses oreillers le soir, pour lui offrir un thé et des biscuits l’après-midi.

Il y a quelque chose de grandiose dans ces moments d’attention à l’autre alors que la compassion et la tendresse effacent vos yeux cernés et votre manque de sommeil.

J’ai connu ces tendres moments, lorsque tout à coup on prend conscience que le parent qui était là pour nous hier, n’est plus le même. J’ai pris conscience de l’importance d’arrêter le temps souvent – juste pour être là dans une nouvelle réalité. Juste pour être là à ne rien faire et à regarder vivre ma mère dans un monde qu’elle devait aussi apprivoiser. Prendre conscience de ce temps qui nous était prêté de vivre une à côté de l’autre une dernière fois. C’était un peu comme une escale entre deux saisons de vie.  Je ne regrette pas d’avoir pris le temps d’arrêter le temps  –  d’avoir pris le temps de déposer quelques gouttes d’huile essentielle de lavande sur son oreiller avant la nuit. Ces instants qu’elle appréciait me donnaient la satisfaction d’avoir créer pour elle un peu de magie. Il m’arrivait d’ajouter une trame de musique relaxante juste pour lui faire oublier qu’elle trouvait le crépuscule menaçant parfois.  

Nous ne sommes pas des héros en étant proches aidants et plus souvent qu’autrement nous ressentons notre impuissance que la tâche est extrêmement exigeante. Mais nous avons le devoir de composer avec la situation en faisant de notre mieux. Pour ma part j’ai appris que je devais m’entourer de beauté, de gratitude, de musique, de bons livres – j’ai appris à voir la beauté dans la tristesse pour faire diversion et pour me protéger parfois.

Côtoyer la maladie à chaque jour, faire le constat que la santé mentale de votre proche va décroissante n’a rien de très joyeux. C’est pourquoi il est important que vous mettiez de la beauté et de l’amour dans la vie de votre proche –  et dans la vôtre aussi. Rendu à cette étape, nous sommes des acteurs dans une pièce de théâtre dont nous n’avons pas écrit le scénario. Il nous faut tout réinventer. 

Le seul pouvoir qui est le nôtre est celui de créer un univers dans lequel nous trouverons des moments de lumière, des instants de gratitude et de félicité qui nous aideront à changer notre perception du moment présent.

Diane Noël 2019 

 

 

3Papiers de soi

Femme de coeur, Diane Noël croit que la spiritualité moderne, une meilleure connaissance de nos mécanismes neuronaux et énergétiques sont nécessaires pour accompagner l'autre adéquatement.